En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Résumé

 

 

« Et Boum et Bam, Pyckal empoigne au ventre le Baron, le Comptable empoigne Ciecisz au ventre, et ils boumbament de rire, et Boum et Bam, et Bam et Boum, les Anciens se tiennent les côtes, ils titubent de rirede rire, Mme Dowalewiczowa piaule, sanglote de rire, pousse des piaillements, Bam Boum tonne le Curé en hurlant de rire, et Muszka et Tuska qui trépignent ! »

JPG - 35 ko
Janusz Bruchalski illustre "Trans-Atlantique".

 
« Dans une prose archaïque, comme s’il s’agissait d’un passé lointain, je racontai comment, à la veille de la guerre, j’atterris en Argentine, comment l’explosion de la guerre m’y surprit.
Moi, Gombrowicz, je fais la connaissance d’un « puto » (un pédé) amoureux d’un jeune Polonais, et les circonstances me font l’arbitre de la situation : je puis précipiter le jeune homme dans les bras du pédéraste, ou faire en sorte qu’il reste auprès de son père, un major polonais très honorable et très digne, très vieux jeu.



Le pousser dans les bras de ce « puto » c’est le livrer au vice, le jeter sur des routes qui ne mènent nulle part, dans les eaux troubles de l’anomalie, d’une liberté sans bornes, d’un devenir incontrôlable.
L’arracher au pédéraste et le faire revenir au père, c’est le maintenir dans la posture polonaise honnête et traditionnelle.
Que choisir ? La fidélité au passé... ou la liberté de se créer à volonté ? L’enfermer dans sa forme atavique... ou ouvrir la cage, le faire s’envoler, et qu’il fasse ce qu’il voudra ! Qu’il se crée lui-même ! »
Testament. Entretiens avec Dominique de Roux


Structure de Trans-Atlantique

I.  « Je ressens le besoin de transmettre... »
II.  « Jamais je n’oublierai ces premiers jours en Argentine... »
III.  « L’état piteux de mes finances... »
IV.  « Voilà qu’un beau soir... »
V.  « Maudite dépravation humaine ! »
VI.  « Alors, nous pénétrons dans la salle de danse... »
VII.  « L’insomnie... »
VIII.  « A la légation, silence... »
IX.  « Le lendemain l’aube... »
X.  « Ah comme elle était épuisante... »
XI.  « Le lendemain matin... »
XII.  « Je repris connaissance... »
XIII.  « Enfin, j’aperçus au loin... »
XIV.  « Gonzalo s’est précipité dehors... »