En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Micha : Gombrowicz, le combat avec la forme

Micha : Gombrowicz, le combat avec la forme

René Micha : Witold Gombrowicz ou le combat avec la forme, dans la revue Critique, décembre 1971.


Extrait :



Dans ses entretiens avec Dominique de Roux, Gombrowicz revient sans cesse sur sa conception de la forme. A la fin, il le regrette. Peut-être, dit-il, l’immaturité est-elle plus importante. Comment les deux idées se trouvent-elles liées ?
Gombrowicz nomme « formes » les façons, quelles qu’elles soient, que nous avons de nous manifester : nos paroles, nos gestes, nos attitudes. Ce sont les oripeaux dont nous nous affublons pour rencontrer nos semblables, pour nous affirmer « dans l’inter-humain ». A l’intérieur, nous ne sommes jamais que faiblesse, désordre, blessure, immaturité. « La forme, c’est le costume que nous mettons pour couvrir notre honteuse nudité ». La forme, c’est l’apparence, l’illusion.
Nous ne pouvons pas plus échapper à la forme qu’à l’immaturité ; mais si, à la limite, la forme est toujours détestable, l’immaturité est chose ambiguë.
En effet, l’immaturité caractérise, sans faute, la jeunesse. Or, constate Gombrowicz, la jeunesse est à la fois l’infériorité et la beauté. La jeunesse est inférieure en tout – sauf en ceci : qu’elle est la jeunesse. La beauté est donc infériorité, elle vient d’en bas. Et, dernière proposition – clé de voûte de cette architecture chimérique : l’homme est suspendu entre Dieu et la jeunesse. Il se veut parfait : il se veut Dieu ; il se veut jeune : il se veut imparfait. Dans le débat toujours ouvert, entre l’immaturité et la maturité, entre la verdeur riche de promesse et l’accomplissement même parfait, Gombrowicz choisit sans hésitation l’immaturité. A ses yeux, le passage de l’une à l’autre sacrifie inévitablement des qualités inférieures, mais sûres, à des qualités peut-être supérieures, mais convenues, en partie sclérosées – et promises à la mort. Notre réalité intérieure, dit-il, se confond avec l’immaturité ; seul ce qui est mûr se prête à l’extériorisation, c’est-à-dire à la forme. Et, poussant son sentiment à l’extrême, il proclame : « Plus c’est intelligent, plus c’est stupide ! »
Cette déclaration de guerre à l’intelligence vise un certain type d’intelligence : grossièrement subtile, pleine de soi, rassurante, ornée, admirée, bientôt exemplaire. A travers elle, la culture –l’organisation systématique des esprits et des formes.