En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Extrait

 

 


Ciumkala, plus mort que vif, cramoisi, tire de sa poche non seulement la grosse main, mais un bouchon de Bouteille, des bouts de papier froissés, une petite cuillère, des lacets, enfin deux ou trois petits poissons fumés. À leur vue les deux autres demeurent cois. C’est comme si ces Poissons soulevaient entre eux un nuage de rogne.
Me reviennent alors en mémoire les propos de Ciecisz relatifs à ces vieilles Rancunes, Biles, Aigreurs qui fermenteraient entre les Trois - comme il arrive entre associés - et dont la cause censément résiderait en quelque Moulin, quelque Écluse. Ce pourquoi Pyckal, d’abord pantois à la vue de ces Poissons, se met tout à coup à hurler :
― Mes goujons ! Les goujons ! Tu me le payeras ! Je te ferai faire la culbute !
Le Baron, quant à lui, imprime un va-et-vient ondulatoire à sa pomme d’Adam, déglutit, desserre le col de sa chemise, et finit par articuler :
― Le Registre.
― Si la grange a brûlé c’est à cause de ce sarrasin, réplique Ciumkala.
Pyckal le considère d’un œil torve et bougonne :
― Il y avait de l’eau.

JPG - 21.1 ko
Une adaptation de « Trans-Atlantique » au théâtre de Gdynia nommé en l’honneur de Witold Gombrowicz. Mise en scène de Waldemar Śmigasiewicz (2004).


Et les voici plantés debout tous trois, immobiles, jusqu’au moment où Ciumkala se met à se gratter l’oreille, et le Baron à se gratter la cheville, et Pyckal à se gratter la cuisse droite.
― Ne te gratte pas, dit le Baron.
― Je ne me gratte pas, répond Pyckal.
― C’est moi qui me grattais, remarque Ciumkala. Et Pyckal :
― Je vais te faire voir, moi, comment on se gratte !
― Gratte. gratte donc, dit le Baron, tu es là pour ça.
― Je ne te gratterai pas, réplique Pyckal, fais-toi gratter par le Secrétaire.
― Mon Secrétaire, dit le Baron, me grattera quand je lui en aurai donné l’ordre.
― Je l’engagerai pour moi, ton Secrétaire, dit Pyckal, je te me le prendrai et il me grattera quand ça me plaira. Tout Vrai Seigneur que tu sois, tout Vrai Manant que je sois, il te me grattera suivant mon humeur, là.
― Il Grattera, dis-je.
― Qui est le Vrai Manant, qui le Vrai Seigneur, dit le Baron, là n’est pas la question, mais ce secrétaire, tu ne l’engageras pas, toi, c’est moi qui te me l’engagerai, et c’est moi et pas toi qu’il Grattera.
Alors Ciumkala éclate en sanglots geignards, tumultueux :
― Au secours ! clame-t-il, à moi ! C’est pour votre avantage, profit et bénéfice que vous voulez Gratter tout ça, et pour ma Damnation, Perdition et Désolation. Eh bien, dans ces conditions, c’est moi qui me vous l’engagerai, oui je l’Engagerai !

Trans-Atlantique, chapitre III, « L’état piteux de mes finances... »