En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Extrait

 

 

« Je suis le comte Agénor
De ces dames le trésor !
Agénor est un lion,
Le darling des salons. »


ALBERTINETTE :
Oh !
AGENOR :
Ladislas, une pilule ! Lumière tamisée, abat-jour cramoisi, violons enivrants des Tziganes, et hop, garçon ! hors-d’œuvre et bacchantes, le champagne pétille dans nos veines, les violons tziganes nous raclent les nerfs, ta fragrance affole mes sens, je me penche tu recules, je me penche, tu recules, évohé ! ohé ! tu recules, alors moi, je... ah, huîtres tziganes, violons de Marennes !... alors moi, je commence à te...
ALBERTINETTE :
Ouille, ma mère !... Il commence à me déshabiller...
AGENOR :
Hein ? Tu es folle !... à t’habiller !... Manchon en queues de chinchilla de chez Worth.

JPG - 22.2 ko
L’affiche de Franciszek Starowieyski pour le spectacle de Maciej Prus, Słupsk, Pologne, 1977.


ALBERTINETTE :
Oh !
AGENOR :
Bas vapeur de Londres ajourés !
ALBERTINETTE :
Oh !
AGENOR :
Corsage crème de pêche !
ALBERTINETTE :
Oh !
AGÉNOR :
Bombe à falbalas, jupe Melba !
ALBERTINETTE :
Oh !
AGENOR :
Boléro épicé à la madrilène !
ALBERTINETTE :
Oh !
AGENOR :
Toque farcie empanachée de crevettes !
[Obscurité, vent, tempête, foudre.]
ALBERTINETTE :
Tu veux comte me vêtir
Au lieu de me dévêtir !
AGENOR : Quoi, quoi ?
ALBERTINETTE :
Regarde, vois-tu
Sous ma petite robe
Je suis nue !
[Foudre.]

Opérette, acte I