En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Le rat

Szczur

 

« Pour tout être humain, quelles que soient sa force et sa résistance, il existe ici-bas une chose unique à lui seul destinée, qui est plus forte que lui et toujours le domine, qu’il est incapable de supporter ! »


rat


Écrit en 1937, Le rat a été publié en 1939, dans la prestigieuse revue littéraire de Varsovie Skamander. Witold Gombrowicz l’a ajouté à son recueil des conte en 1957, à l’occasion de son édition augmentée aux éditions WL de Cracovie et intitulé Bakakaï.

JPG - 7.2 ko
"Le Rat" dans la mise scène d’Urszula Kijak, Gdynia, 2004.


Ce conte cruel raconte les sévices psychologiques que le vieux juge Scorrabini inflige au tueur Houligan, brute épaisse dont le seul point faible est la peur panique des rats. Le sadisme du vieillard, sa volonté d’humilier et de soumettre la victime qui avait été un bourreau lui-même, sa jouissance perverse de la terreur de l’autre contribuent à l’ambiance d’horreur grotesque qui culmine dans la dernière scène du conte.

JPG - 5.1 ko
Enfant, Witold avait des rats blancs à la maison et aimait les promener pour effrayer les femmes.


Extrait : 

Il l’a enfin ! Houligan est en son pouvoir ! Enfin ! Le légendaire brigand se trouve chez lui, coffré dans sa cave, bien à l’étroit, bouclé, coincé, clos et coi, bâillonné et encerclé par des chaînes, elles-mêmes clouées à des crocs. Oui, il est là, livré à son bon plaisir, à sa merci ! Le magistrat en retraite se frotta les mains qu’il avait menues, souriant en tapinois, puis il passa la nuit entière à imaginer les supplices convenables. Loin de lui, certes, la pensée de zigouiller le tueur - non ! Son esprit étriqué de strict formaliste souhaitait tout juste rétrécir quelque peu, rabougrir et contracter et ratiner une victime dont la mort à ses yeux aurait figuré tout juste le contraire d’une aubaine ! Réduction, rétrécissement, ratatinage seuls lui souriaient. Loin de se hâter, le retraité sénile, tout au long des premiers jours, jouissait de la seule pensée de savoir Houligan le terrible là, en bas, sous lui, bien enchaîné dans sa cave, absolument incapable - puisqu’on l’avait dûment bâillonné - de hurler ou même de provoquer fût-ce l’ombre d’un scandale.

JPG - 10.1 ko
La peur des rats fut depuis toujours un des sujets préférés de la littérature fantastique et des films d’horreur.