En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Suchanow : Gombrowicz et la littérature argentine

Suchanow : Gombrowicz et la littérature argentine


Klementyna Suchanow : Gombrowicz et la critique argentine, dans Gombrowicz une gueule de classique ?, dir. Małgorzata Smorąg-Goldberg, éd. Institut d’études slaves, Paris, 2007.

Extrait :



Avec le temps, l’œuvre de Gombrowicz suscite malgré tout un grand intérêt. Elle est même une source d’inspiration pour les écrivains argentins. D’abord, dans l’entourage le plus proche de l’auteur, citons Jorge Di Paola (qui lui a consacré plusieurs articles et rédigé ses souvenirs ; l’influence de Witold Gombrowicz est notamment visible dans sa nouvelle La virginidad es un tigre de papelJorge Di Paola, [1]) et Néstor Tirri (qui a inscrit le personnage de Gombrowicz dans son roman La piedra madré, [2]).
II convient surtout de mentionner Julio Cortazar dont on fête également en 2004 l’anniversaire de la naissance. Gombrowicz figure de manière directe dans Marelle (de fait, le célèbre fragment des considérations de Morelli qui a pour titre « Morelliennes » est une citation tirée de Ferdydurke).
Manuel Puig qui envoyait de Paris des chroniques à la rédaction de Siete dias ilustrados [3] s’est également intéressé à Gombrowicz. Il en a consacré quelques-unes à la mise en scène d’Opérette de Lavelli. La pièce en elle-même ne lui a pas vraiment plu, mais nous y apprenons qu’il connaissait Ferdydurke, Cosmos ainsi que le Journal argentin tandis que son texte avait pour titre Les Argentins et leur dette déshonorante envers Gombrowicz.
Ricardo Piglia (né en 1940) a publié en 1980 un roman intitulé Respiracion artificial où l’influence de Gombrowicz est manifeste [4]. Ce roman est reconnu aujourd’hui comme l’une des œuvres majeures de la littérature de « règlement de compte » argentine contemporaine. Emilio Renzi, le personnage principal, discute, en attendant son oncle Marcelo Maggi, avec le Polonais Tardewski qui fait des recherches sur l’énigme d’une rencontre probable entre Kafka et Hitler et qui par de nombreux aspects rappelle Gombrowicz : un émigré polonais, du goût pour les échecs, un tempérament de philosophe, des thèses radicales. Ce dialogue entre Gombrowicz et Piglia se situe dans une période d’empêtrement et de confusion de la forme argentine. Gombrowicz joue un rôle de guide, qui invite à un certain recul et à une revalorisation de la notion d’« argentinité ».
Un autre exemple de la « mise en fiction » de Gombrowicz figure dans le roman Witoldo o la mirada extranjera [Witoldo ou l’autre langage] de Guillenno David [5]. Dans son roman-essai, l’auteur confronte ouvertement ses opinions et ses positions dans une suite de dialogues avec les figures de la culture argentine. Les sujets qu’ils abordent concernent principalement les règles qui régissent le monde littéraire. On y rencontre, outre Gombrowicz, José Bianco, Ricardo Piglia, Victoria Ocampo, Eduardo Mallea, Martinez Estrada, Macedonia Fernández, Robert Arlt et d’autres encore. La confrontation avec le point de vue extérieur d’un étranger contribue encore une fois à faire prendre conscience aux Argentins de leur spécificité.
Alvaro Abós, auteur de El cuarteto de Buenos Aires, fait de Gombrowicz, Arlt, Borges et Onetti les personnages principaux de son roman-essai qui se situe durant une journée de 1942. [6] Il montre de quelle manière ces personnalités qui ont marqué l’histoire de la littérature du XXe siècle se croisaient dans la grande ville de Buenos Aires, vivant à proximité sans jamais s’intéresser les unes aux autres.
Le fait d’inscrire le personnage de Gombrowicz dans les œuvres est en quelque sorte devenu une spécificité de la tradition littéraire argentine ; l’écrivain et résident polonais de Buenos Aires depuis de nombreuses années est davantage présent dans la fiction, plus encline à prendre des libertés et à fabriquer des mythes, que dans le cadre étroit des analyses universitaires rigoureuses.



Klementyna Suchanow : Gombrowicz et la critique argentine, dans Gombrowicz une gueule de classique ?, dir. Małgorzata Smorąg-Goldberg, éd. Institut d’études slaves, Paris, 2007.



[1] La virginidad es un tigre de papel, Tandil, Ediciones de la Flor, 1974.

[2] Néstor Tirri, La piedra madré, Buenos Aires, Editorial Galerna, 1985.

[3] Manuel Puig, « Cartas de Manuel Puig desde Paris », Siete dias ilustrados, 8 mars 1970, n° 147.

[4] À Piglia et Gombrowicz s’est également intéressé Marzena Grzegorczyk dans Discurso desde el margen : Gombrowicz, Piglia, y la estética del basurero, Hispamérica, 199, n° 73, p, 15-33, ainsi que dans Kształt życia i bezkształt tradycji. Argentyńska spuścizna Witolda Gombrowicza, dans : Grymasy Gombrowicza, Ewa Płonowska-Ziarek (dir.), Cracovie, Universitas, 2001.

[5] Guillermo David, Witoldo o la mirada extranjera, Buenos Aires, Ediciones Colihue, 1997.

[6] Alvaro Abós, El cuarteto de Buenos Aires, Buenos Aires, Ediciones Colihue, 1997.