En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Résumé

 

 

« Le grand mérite de Schopenhauer est d’avoir trouvé cette chose décisive : la mort, la douleur et la guerre éternelle que chaque être doit mener pour survivre. »

Les cours donnés du 27 avril au 25 mai 1969 traitent principalement des philosophes suivants : Kant, Schopenhauer, Hegel, Kierkegaard, Sartre et Heidegger (l’existentialisme), Marx et Nietzsche.

JPG - 16.6 ko
Illustration de Wojciech Kolyszko pour l’édition polonaise, Znak, Cracovie, 1998.


« Le “Cours de philosophie en six heures un quart” est une reconstruction personnelle des penseurs modernes qui ont donné vie à la philosophie de notre siècle telle que la voyait Witold Gombrowicz. Les « cours de philosophie » ont le ton d’une récapitulation de la pensée d’autrui et de la sienne. Ou mieux : de sa propre pensée à travers celle des autres. Ce sont aussi des pages pleines d’humour et de brillantes intuitions. »
Franceso M. Cataluccio, préface de l’édition française, éd. Rivages, 1995.
JPG - 26.3 ko
Dessin de Gombrowicz : son objectif est de reconstruire une sorte de « généalogie de l’existentialisme », en imaginant un « arbre généalogique » de la philosphie dont le tronc est Kierkegaard.


« Pour Marx comme pour Kierkegaard on a besoin de Hegel. Et on n’entre pas dans Hegel sans connaître“ La Critique de la raison pure”. Qui elle-même tire son origine de Hume, en partie, et de Berkeley. En remontant encore plus loin, il serait indispensable de lire au moins Aristote et un peu de Platon, sans oublier Descartes, père de la pensée moderne ; ces lectures servant de prolégomènes à la phénoménologie (Husserl) sans laquelle on ne peut lire ni “L’Etre et le Néant” ni “Sein und Zeit”. »
Journal, 1960