En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Le drame du baron et de la baronne

Dramat baronostwa

 

« C’est votre femme, c’est votre cadavre. »

Le drame du baron et de la baronne a été publié dans le quotidien Kurier Poranny, en 1933, peu de temps après la parution du recueil des contes Mémoires du temps d’immaturité, son premier livre. Witold Gombrowicz n’ayant jamais inséré ce texte dans aucun de ses livres, la nouvelle paraît en général dans le volume titré Varia ou en annexe du recueil Bakakaï.

JPG - 6.2 ko
Edvard Munch "Jalousie", 1896.


Dans ce conte, histoire grotesque, il s’agit d’une étude du mari trompé, mais, comme toujours chez Witold Gombrowicz, présentée à rebours de la convention mélodramatique : c’est l’époux qui oblige sa femme, contre son gré, à le trahir au nom d’une morale douteuse. Witold Gombrowicz interprète ce thème de la jalousie et de la passion conjugale, à la mode au début du XXe siècle, sur un ton caustique. Il retourne des idées convenues sur ce sujet en y distillant du venin : l’amour n’est que la cruauté, la morale bourgeoise tourne à la perversion, la passion charnelle se transforme en dégoût de la femme qui en devient la sacrifiée.

JPG - 11.3 ko
Edvard Munch "Cendre", 1894


On peut voir dans le texte de Witold Gombrowicz une réponse au roman Jalousie et Médecine de Michał Choromański (1904-1972) paru aussi en 1933. Best-seller et scandale littéraire de l’année, cette histoire d’amour passionnel d’un mari trompé par sa femme a suscité l’enthousiasme de Gombrowicz. L’analyse ironique et parodique des conventions sociales, mondaines et érotiques dans le milieu bourgeois a beaucoup séduit Witold.

JPG - 14.3 ko
Michał Choromański dans les années 1930, son portrait par Witkacy et son roman le plus connu, "Jalousie et médecine".


La même année, Witold Gombrowicz a publié sous un pseudonyme un article intitulé L’attitude des nouveaux auteurs (Choromański, Rudnicki, Gombrowicz) dans lequel il se comparait à l’auteur de Jalousie et Médecine. L’éloge qu’il y fait du roman de Choromański et son analyse recèle les éléments qui s’appliquent sans aucun doute à ses propres textes.

JPG - 25.8 ko
"L’attitude des nouveaux auteurs", l’un de premiers articles critiques de Witold Gombrowicz.


Son court Drame du baron et de la baronne semble une interprétation très personnelle du motif utilisé par un autre avec maestria, un jeu de pastiche dont il élimine tout psychologisme au profit d’une ironie cinglante. Les qualités que Witold Gombrowicz souligne dans le style de Choromański sonnent comme un autocommentaire sur sa propre ambition littéraire du moment et sur sa fascination pour « la physiologie » dont Yvonne, princesse de Bourgogne qu’il est en train d’écrire sera un reflet.



Extrait : 

― Allons ! dit enfin le baron. Cela ne peut plus durer. J’ai appris aujourd’hui qu’il a tenté de se suicider. Êtes-vous capable de comprendre que pousser quelqu’un au suicide est pire que de l’étrangler de ses propres mains ? Ce freluquet dépourvu de principes va nous perdre tous les deux, et lui avec. Ma décision est prise - nous ne pouvons pas accabler notre conscience d’une responsabilité aussi terrible. Puisqu’il n’y a pas d’autre solution, tant pis - je vous donne mon accord, j’accepte. Et vous, au nom de cette nécessité supérieure, faites ce que vous devez faire, c’est-à-dire, ce que vous dicte votre sale féminité.
― Mon époux !