En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Le danseur de maître Kraykowski

Tancerz mecenasa Kraykowskiego

 

« Rien n’est aussi difficile et délicat, sacré même, que la personne humaine, rien ne peut égaler la puissance avide de ces éléments mystérieux qui, sans grandeur et sans objet, naissent entre des inconnus pour les attacher peu à peu par des terribles chaînes. »

JPG - 12.6 ko
Jacek Poniedziałek dans l’adaptation de Krzysztof Warlikowski, Radom, 1997


Rédigé en 1926, le conte Le danseur de maître Kraykowski a été le premier texte que Witold Gombrowicz a trouvé suffisamment bon pour continuer à écrire.
Ce conte a été publié pour la première fois en 1933, dans le recueil Mémoires du temps de l’immaturité aux éditions Rój de Varsovie. Comme les autres textes de ce livre, Le danseur de maître Kraykowski a été repris en 1957 dans un volume titré Bakakaï, publié par les éditions polonaises WL de Cracovie.

JPG - 6.9 ko
Jacek Pietruski dans son monodrame "Le danseur de maître Kraykowski", 2002

«Le héros du “Danseur”, gravement offensé par maître Kraykowski, l’aime - au lieu de le haïr -, l’adore - alors qu’il devrait le mépriser -, parce qu’il est trop faible pour opposer sa propre raison d’être à la raison de l’énergique maître. Il appuie le maître, faute de pouvoir le détruire.»
"Explication sommaire", Varia


Extrait : 

Quelques jours après, maître Kraykowski s’arrêta (c’était dans une ruelle déserte, tard dans la soirée), se retourna et attendit, canne en main. Il était impossible de reculer. Je continuai donc, malgré une défaillance qui se répandait dans tout mon être, et finalement il me saisit par le bras et me secoua en frappant le sol de sa canne.
― Que signifient ces plaisanteries idiotes ? cria-t-il. Que me voulez-vous ? Pourquoi traînez-vous derrière moi ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je vous rosserai à coups de canne ! Je vous briserai les os !
Je ne pouvais parler. J’étais heureux. J’absorbai cela comme une eucharistie et fermai les yeux. Je me bornai, toujours silencieux, à me courber et à tendre le dos. J’attendis - et vécus ainsi quelques instants parfaits, tels que peut seul les connaître quiconque n’a plus beaucoup de jours devant lui. Quand je me redressai, il s’éloignait très vite en frappant de sa canne les pavés. En état de grâce, de bénédiction, le cœur gonflé, je rentrai chez moi par les rues désertes. « C’est trop peu, pensai-je, trop peu ! Trop peu de tout ! Il en faut plus, encore plus ».