En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Schulz : lettre à R. Halperin

Schulz : lettre à R. Halperin


Lettre de Bruno Schulz à Romana Halperin du 16 novembre 1937.
Le texte français est disponible dans les volumes suivants : Bruno Schulz, Correspondance et essais critiques et Romans, essais, correspondance, publiés par les éditions Denoël, Paris, 1991 et 2004.

Extrait :



Ces derniers jours ont été marqués pour moi par la lecture du livre de Gombrowicz. Il a fait sur moi une impression foudroyante, étourdissante. Inutile d’essayer de ranger ce livre dans une catégorie quelconque. C’est une œuvre de très grande envergure, pleine de perspectives nouvelles : une véritable révélation. En tant que réalisation intellectuelle, je pourrais la comparer à des phénomènes comme Freud ou Proust. Gombrowicz m’a écrit qu’il allait vous envoyer un exemplaire. Je suis certain que ce livre fera sur vous une impression aussi forte. Je voudrais écrire quelque chose à ce sujet, mais je n’arrive pas à m’y mettre, bien que cela me mine continuellement et me mette dans un véritable état d’effervescence. J’en suis encore plein. Quant à Gombrowicz lui-même, chose bizarre, il est très déprimé et préoccupé par le sort de son ouvrage. Curieuse impression : lorsque la personne que l’on a fréquentée de si près se trouve être un génie... Gombrowicz est vraiment génial.