En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Vu par...

 

 

Constantin Jelenski :

« “Cosmos” est pour moi un des livres contemporains les plus sensationnels et les plus profonds. C’est un roman qui se situe véritablement à une échelle « cosmique » - la macrophysique des constellations et la microphysique de la verdure et de déchets opposés à un cosmos analogue chez l’être humain, sur la base de correspondances, d’équivalence, de répères... C’est là la transposition artistique de tout le problème du déterminisme et du non-déterminisme, des fluctuations de toute la science contemporaine.
C’est également l’une des premières incursions dans un domaine négligé par Freud : « l’inconscient physique ». La part qui revient au fonctionnement du corps entier dans toute activité humaine... »
Lettre à Witold Gombrowicz du 19 juin 1965
JPG - 14.2 ko
Dessin de Mieczysław Górowski.

Jean-Paul Sartre :

« Il existe aussi des romans d’un autre genre, de faux romans comme ceux de Gombrowicz, qui sont des sortes de machines infernales. Gombrowicz a une très bonne connaissance de la psychanalyse, du marxisme et de bien d’autres choses, mais il garde à leur égard une attitude sceptique, si bien qu’il construit des objets qui se détruisent dans l’acte même de leur construction – créant ainsi le modèle de ce qui pourrait être un roman à la fois analytique et matérialiste. »
Jean-Paul Sartre, « Sartre par Sartre », Le Nouvel Observateur, N° 272 du 27 janvier 1970