En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Vu par...

 

 

Paul Kalinine :

« C’est avec les plus âpres pages des “Hauts de Hurlevent” que “Les Envoûtés” voisinent par leur farouche grandeur, et avec Le “Manuscrit trouvé à Saragosse”, par leur inlassable et aérienne imagination.
Paul Kalinine, préface des Envoûtés, éditions Stock, 1977
JPG - 5 ko
Image de Wiesław Wałkuski.


Constantin Jelenski :

« Les “Envoûtés” tissent, comme en dépit de l’auteur, une autre trame, faite de correspondances et de signes, d’intuitions à la limite du physique et du psychique. Nous y trouvons déjà ce couple de jeunes dont la grâce désamorce la monstruosité (car la grâce et le crime ont là partie liée) et qui habitera désormais l’œuvre de Gombrowicz. Oui, tous les ingrédients de son œuvre sont là, encore épars. Il lui suffira de les faire jouer dans une mécanique savante pour arriver à construire ces « machines infernales » que Sartre a saluées dans les grands romans ultérieurs.
Constantin Jelenski, dans La Quinzaine Littéraire, 1er avril 1978
JPG - 10.4 ko
Le roman "Les Envoûtés" adapté au théâtre par Adriano Shaplin pour la compagnie Pig Iron’s de Philadelphie sous le titre "Hell Meets Henry Halfway".