En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Menu

assi

Vu par...

 

 

Oscar Strasnoy

« Gombrowicz appartenait à cette Europe d’avant-guerre (périphériquement, certes, mais il y appartenait. Le centre disparu, plus de périphérie). Depuis nos Pampas, il a vu s’effondrer l’immense édifice européen. “Opérette” (le genre frivole n’est pas un hasard) parle de la fin de cette Europe-là. La disparition de l’enfance de Witold. Le vent emporte tout. La mode veut forger l’Histoire, mais l’Histoire avance en écrasant la mode. Gombrowicz exploite un genre disparu (l’opérette), pour décrire une époque disparue.»
Oscar Strasnoy, compositeur d’Opérette, compagnie ARCAL, 2003

Oscar Strasnoy est un compositeur argentin né en 1970 à Buenos Aires. Il a obtenu le Prix Orpheus pour son opéra Midea, produit par le Teatro Caio Melisso de Spoleto (septembre 2000) et par l’Opéra de Rome (mars 2001). Il a composé une partition pour la mise en scène de Christian Gagneron d’Opérette en 2002.

Il a également écrit une œuvre intitulée Geschichte/L’Histoire.

JPG - 9.8 ko
Illustration pour le programme de la mise en scène de Christian Gagneron. Musique d’Oscar Strasnoy, compagnie ARCAL, France, 2003.

Jorge Lavelli

« Cette petite société de nobles fonctionne en cercle fermé (avec des domestiques évidemment, toujours aux aguets), se rencontre aux sorties des messes, et programme des bals masqués en quête d’idées nouvelles pour la mode. Pourtant, quelques petites annonces climatiques inquiètent le cercle : un courant d’air se glisse de l’extérieur, une fenêtre claque inopinément, la lumière clignote sans raison apparente. C’est que, à l’ombre de ce bonheur insouciant, quelque chose bouge et s’agite : tout simplement ce vent de l’Histoire qui, lorsqu’il se met à souffler, est capable de tout emporter et de tout transformer. […]
La fable prend le pas sur l’histoire, la pensée sur l’anecdote. Il s’agit de nous faire sentir le constat de faillite des idéologies de ce siècle.»
Jorge Lavelli dans Le Public, journal du Théâtre de la Colline, Paris, 1989