Dalsze korzystanie z naszego serwisu internetowego oznacza, iż użytkownik akceptuje stosowanie plików cookies dostosowanych do indywidualnych preferencji użytkownika i pomagających przeprowadzić statystykę wizyt na stronie.

Mentions légales et conditions générales d'utilisation

All for Joomla All for Webmasters

Sidebar

Languages

Strona główna

assi

4.05.2019, Gombrowicz 50 ans après

Brak tłumaczenia

 Journée d'étude à l'occasion du 50ème anniversaire de la mort de l'écrivain: 10h00-13h00 - visite guidées par Anna ŁAPPO-MALOSSE, 15h - 17h30 - conférence avec la participation de : Piotr BIŁOSMałgorzata SMORĄG-GOLDBERGMariola ODZIMKOWSKAPiotr Seweryn ROSÓŁ. Lieu : Espace Muséal Witold Gombrowicz | Villa Alexandrine | Place du Grand Jardin | 36 rue du 8 Mai 1945 | Vence, Entrée libre. 

 La mort n’est rien, dit-il, la question c’est la douleur (même la rage de dents). Une douleur déshumanisée, sans moralisme, celle que ressent une mouche, ce qui était censé faire l’objet de sa dernière pièce. Mais qu'a-t-il fait quand la mort approchait ? Dans sa dernière lettre à Czesław Miłosz au lieu d’écrire « je meurs », il a écrit « je me déglingue », ce qui exprime le mieux la souffrance d’un « homme déchiré » si caractéristique pour son anthropologie. Et quelques jours avant le dernier jour, il notait : « Je commence lentement à marcher. Je danse », qui pourrait annoncer l’avenir favorable pour son œuvre.

Il savait que la culture est œuvre de moribonds, et il a tout fait pour que son écriture n'appartienne pas à une telle culture. Voici son message : « Ne mûrissez pas !
Ne mourrez pas ! ». Et juste après ? Quelles ont été les premières réactions, en Pologne, en France, ailleurs ? Et après un certain temps ? « J'espère que Gombrowicz n’en serait pas choqué. On ne lui fera jamais de statue, ou alors ce serait un jet d’eau » – proclamait Olivier Rolin dans Witold Gombrowicz, vingt ans après. Jamais ? Vraiment ? Dès lors quelle a été au juste l’évolution de sa réception ? En France par exemple, entre la parution de l’ensemble de son œuvre chez Folio, la représentation du Mariage à la Comédie Française, la mise en scène d’Yvonne à l’Opéra Garnier ? Et surtout, récemment, après la publication de Kronos, son journal secret ?

L’« infériorité », ou le « bas », ou la « simplicité », ou « l’immaturité » ou encore la
« jeunesse » ..., – il savait bien que ces mots ne traduisent pas, même approximativement, la nature de ce secret, du but que ses livres « ne parviennent pas bien à découvrir, ni à bien exprimer ». Mais est-ce Kronos, un dévoilement total, change ce jeu pervers avec un lecteur qui est devenu l’un des attraits majeurs du Journal ( « Je le dis ou ne le dis pas » ?). Mais alors, par delà la dialectique dévoilement/dissimulation, c’est peut-être du côté de ce que lui- même appelait sa/la « secrète déviation » („tajemnicze odchylenie”) qu’il faudrait chercher la force productrice de formes d'art et de modes de vie prônés par l’écrivain ? Peut-on y voir une manière de théologie humaniste, « médiocre » et imparfaite (à hauteur d’homme), réorganisée ou plutôt appelée à se réorganiser sans cesse ? Une chose est sûre : pour que Gombrowicz soit encore un « jet d’eau », cinquante ans après, il faut enfin se débarrasser de lui ! Oublier Gombrowicz ne serait que le retrouver à nouveau, cette fois-ci également loin de son œuvre, « partout » et « nulle part », dans le hors-texte et – ce qui était son rêve – véritablement en lecteur lui-même ?

***

Anna ŁAPPO-MALOSSE

Diplômée en philologie polonaise, rédactrice, blogueuse, responsable de l’animation culturelle dans l'Espace Muséal Witold Gombrowicz à Vence.

Mariola ODZIMKOWSKA

Docteur ès lettres, traductrice pour le théâtre, enseignante. Auteure de Réception du théâtre polonais depuis 1989 qui porte, entre autres, sur la réception de l’œuvre de Gombrowicz en France. Administratrice du site officiel witoldgombrowicz.com, elle assiste Rita Gombrowicz depuis 2013 et organise des événements autour de l’œuvre de Gombrowicz. Elle guide régulièrement des balades sur les pas de l’écrivain à Paris.

Małgorzata SMORĄG-GOLDBERG

Professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne, HDR, traductrice et critique littéraire, spécialiste des li ératures polonaises du XXe et XXIe siècles. Elle a consacré une partie de sa recherche à l'œuvre de Witold Gombrowicz. Elle a dirigé entre autre Gombrowicz, vingt ans après, ouvrage collectif en collaboration avec Manuel Carcassonne et Christophe Guias (Editions Christian Bourgois, Paris 1989) ; Witold Gombrowicz, une gueule de classique ? Bilan d’un demi-siècle d’enquête critique (Institut d’Etudes Slaves, Paris 2007).

Piotr BIŁOS

Maître de conférences, HDR, spécialiste des li ératures (polonaises) du XXe et XXIe siècles. Depuis 2015, responsable de la section de polonais à l'INALCO. Auteur de Exil et modernité. Vers une li érature à l'échelle du monde : Gombrowicz, Herling, Milosz (CG, 2012), Les jeux du "je" : construction et déconstruction du récit romanesque chez Wiesław Myśliwski (CG, 2016), Powieściowe światy Wiesława Myśliwskiego (Znak, 2017).

Piotr Seweryn ROSÓŁ

Docteur ès lettres, animateur culturel, chercheur, spécialiste des li ératures polonaises du XXe et XXIe siècles, enseignant à l'Université Clermont-Auvergne. Auteur de Genet Gombrowicza. Historia miłosna (słowo/obraz terytoria, 2016).